Définir ta mission de vie (1/2)

Bonjour à tous,

J’ai décidé d’écrire sur un sujet qui me tient très à cœur à savoir   » la mission de vie » .

Mais qu’est ce donc ??

    • Ta mission de vie c’est quelque chose de plus grand que toi , qui vient t’animer au quotidien. Il s’agit d’une cause que tu défends profondément parce qu’elle résulte de ton histoire, d’une blessure peut être.

 

    • La où ta carrière professionnelle vient servir en premier lieu ton intérêt personnel (réussite, argent, pouvoir ) , ta mission de vie vient elle servir le collectif et contribuer au monde.

 

    • C’est un sujet qui t’inspires sans limite, que tu portes et que tu diffuses autour de toi sans aucun effort. Tu es capable de déployer une énergie folle, de déplacer des montagnes pour transmettre ce message.

 

Ta mission de vie c’est ton CAP, ton IDEAL, ton REVE, ce qui donne du sens à ton quotidien et qui te lève le matin avec JOIE et SOURIRE.

Peu de gens aujourd’hui incarnent réellement leur mission de vie.  Nous sommes nombreux (et j’en ai fait partie) à nous contenter de « gagner » notre vie en répondant à des standards et à ce que la société attends de nous. Mais s’éloigner trop longtemps de nous même nous rend tristes, vides, blazés et ce n’est clairement pas comme ça que nous diffusons de l’énergie positive autour de nous..!

Certains connaissent leur mission de vie dès leur plus jeune âge car ils sont dotés d’un don évident, d’un talent indéniable. Pour le reste d’entre nous, il nous faut parfois toute une vie pour découvrir notre mission de vie et nous devons nous réjouir de cette quête plutôt excitante et qui nous emmène à la découverte de nous même pour à terme vivre enfin « aligné ».

MA MISSION A MOI EN TANT QUE COACH ?

Rendre les gens plus heureux et alignés avec leurs valeurs et leurs rêves afin de contribuer à un monde meilleur fait de paix et de partage parce qu’une personne heureuse et centrée diffuse de l’énergie positive à tout son entourage.

D’OU ME VIENT T-ELLE?

Je rencontre aujourd’hui beaucoup TROP  de gens de mon âge qui subissent leur quotidien,  ont baissé les bras, se sentent vides et creux alors qu’ils possèdent tout, manquent de sens, ne se connaissent pas… 

J’ai choisi d’être coach car je pratique le développement personnel depuis quatre ans maintenant, et que la personne que je suis aujourd’hui n’a rien à voir avec celle que j’étais il y a quelques années. Je me suis (r)éveillée. Je suis passée d’une vie en pilotage automatique à une vie plus consciente. Non le développement personnel n’est pas du « bullshit », mais plutôt la connaissance essentielle de notre fonctionnement en tant qu’humain. Je préfère les gens aux ordinateurs, je les comprends mieux, et je suis convaincue que nous devons en premier lieu nous connaître en tant qu’être humain avant de vouloir maîtriser des technologies de pointe.

Connaître parfaitement ses programmes, son « mindset » pour être capable de le modifier dans le but d’être plus heureux. Parce que finalement, le bonheur c’est la quête de toute vie sur Terre.

Je suis convaincue que le développement personnel et certains outils comme la PNL (programmation neuro linguistique) devraient être enseignés à l’école.  

 

 

Confinés et reconnectés !

 Sommes nous connectés ?

Bien sûr me direz vous, à mon ordinateur portable, à ma tablette, à mon (mes) téléphones portables, ma montre connectée , Google home, etc etc…

En 2020, nous sommes aujourd’hui entourés d’écrans et d’objets connectés en permanence et pourtant, nous avons perdu dans tout cela l’essentiel : être connecté à soi même.

J’aimerais donc aborder avec vous ce sujet qui me tient à coeur et qui m’était totalement inconnu il y a encore deux ans : la reconnexion à soi.

Me reconnecter à moi même m’a permis de traverser une épreuve très difficile de ma vie, puis de traverser plus facilement notre première expérience de confinement en début d’année.

En ces périodes de confinement auxquelles nous devons nous habituer, la reconnexion à soi n’est pas une option. Elle est d’une importance capitale si nous voulons sortir de ces périodes grandis et non affaiblis.

Pour commencer, se reconnecter à soi , quèsaco ?

Alors que c’est évident pour certains, c’est carrément du chinois pour d’autres! Alors revenons en aux bases au risque d’enfoncer des portes ouvertes…

Se reconnecter à soi, c’est tout simplement « être à l’écoute de soi, être en accord avec soi, apprendre à écouter son coeur et mettre en « off » son mental, c’est savoir écouter les messages de son corps, apprendre avant tout à penser à soi et à s’aimer en premier.

Ok. Vous allez me dire, et après  ?

Il y a donc plusieurs techniques, pratiques, façons de se reconnecter à soi.

Pour ma part, pour me reconnecter à moi-même, j’ai l’habitude de sortir courir. Cela me permet dans un premier temps de me reconnecter à mon corps. Mais ce n’est pas suffisant. J’ai appris cela avec le temps, se reconnecter au corps et abuser du sport n’est pas suffisant. La reconnexion au coeur est tout aussi indispensable même si nous avons tendance à l’oublier au quotidien.

Pour ce qui est de ma reconnexion au cœur, afin de déconnecter le mental, je cuisine, je lis des articles/livres inspirants sur le développement personnel, je regarde des reportages de voyages et d’expédition, j’écris, je me balade dans la nature. Rien d’extraordinaire me direz vous… Mais pour moi SI.

Lorsque je pratique ces activités, en pensant à moi et à moi seule, je ressens un bien être profond, de la sérénité, de l’apaisement,  le sentiment que je suis à la bonne place au bon moment et que rien d’autre ne compte, c’est ça, la reconnexion à soi. On l’appelle encore « pleine conscience ».

Et dans quel but finalement ?

Vous reconnecter à vous même vous permet de revenir à l’instant présent, de stopper le flot de vos pensées, et par conséquent de réduire votre niveau de stress et d’améliorer votre sommeil.

Et vous qu’est ce que vous faîtes pour vous sentir heureux et vous reconnecter à vous même?

Quelle est l’activité que vous faites avec plaisir pour vous seul, sans aucun effort et que vous pourriez pratiquez pendant des heures  ?

Cette semaine je vous partagerai chaque jour un outil/une activité vous permettant de vous reconnecter à vous même et d’atteindre cet état de pleine conscience.

Je vous invite en attendant à me partager vos propres techniques sur ma page fbk ,

A bientôt.

Prenons de la hauteur !

« C’est votre attitude, bien plus que votre aptitude qui détermine votre altitude » Zig Ziglar

Et voilà, de retour d’une sortie terrils d’1h30 ce matin (quelques tours de chauffe puis 2×2 montées et oui ils sont jumeaux donc pas de jaloux! )

Bon ça pique un peu les cuissots mais c’est le but et rien de tel pour se sentir vivant(e), transpirer quelques gouttes et débuter une semaine positive et énergique!

La montée de terrils c’est aussi l’occasion de prendre de la hauteur.

Prendre de la hauteur vis à vis d’une situation préoccupante, d’un projet qui piétine, ou prendre de la hauteur simplement vis à vis de nos émotions.

Prendre de la hauteur c’est ne pas réagir à ses émotions de manière mécanique, mais reprendre le contrôle sur soi. Nos émotions, aussi agréables ou douloureuses soient-elles, ne sont que la résultante de nos pensées ou de sollicitations extérieures . Ce sont tes pensées qui te font souffrir, pas toi. Maîtrise tes pensées et tu maîtriseras tes émotions.

« Nous sommes les artisans de notre bonheur ou de notre malheur. »Dan Millman, le guerrier pacifique

Plus simple à dire qu’à faire tu me diras, mais Rome ne s’est pas faite en un jour, nous avons tout le temps pour apprendre et y parvenir.

Descartes paix à ton âme , cependant la locution « Je pense donc je suis » serait tout de même à reconsidérer de cette façon :

« Je ne suis pas (l’esclave de ) mes pensées ni (de) mes émotions »

Je ne suis pas esclave de mes préoccupations passées ou futures, je suis dans l’instant présent, 100% concentré(e), focus et efficace. La voilà la clé de la réussite. Rien d’autre ne compte, seul l’instant présent et le focus sur mon objectif.

« Fais les choses à fond ou ne les fais pas »

La pleine conscience ça ne s’improvise pas, ça se travaille. Et non il n’y a pas que la méditation pour s’entraîner. Marcher, courir, cuisiner,  danser, lire, partager un moment, n’importe quoi mais faisons le en étant là, ici et maintenant.

En arrivant au sommet du terril, les cuisses chauffent, le coeur s’emballe, l’arrivée est proche ; tout comme quand tu atteins ton but après une période d’efforts intenses ou l’aboutissement d’un projet après de nombreux sacrifices.

La fatigue, la douleur ne se font que très peu ressentir car tu es comblé(e) par un sentiment très puissant qui parcours tout ton corps : la satisfaction.

Tu profites de l’instant, tu es dans le « flow », et tu observes tes préoccupations restées en bas, si petites et insignifiantes.

Et si c’était ça prendre de la hauteur? Observer sa vie telle une tierce personne, la regarder d’en haut et ne pas réagir. Prendre de la hauteur afin de reprendre la maîtrise.

Et là, il ne te reste plus qu’à te laisser porter par la descente, par le vent, le vide, tu voles, tu es léger. Plus aucun effort n’est nécessaire, laisse toi emmener, porter, et surtout ne lutte pas.

Quand tu as investis suffisamment d’énergie et de temps dans ton projet, c’est le moment du décollage et là il ne te reste plus qu’à te laisser porter… par la vie.

 

 

 

 

Pensée d’actualité

« Il nous faudra bien répondre à notre véritable vocation qui n’est pas de produire et de consommer jusqu’à la fin de nos vies, mais d’aimer, d’admirer et de prendre soin de la vie sous toutes ses formes. »
– Pierre Rabhi